… et appuyez sur Entrée

AGROFORESTERIE

Qu'est-ce que l'agroforesterie?

Selon le Centre Mondial de Recherche pour l’Agroforesterie (ICRAF), « l’agroforesterie est un système dynamique de gestion des ressources naturelles reposant sur des fondements écologiques qui intègrent des arbres dans les exploitations agricoles et les paysages ruraux et permet ainsi de diversifier et de maintenir la production afin d’améliorer les conditions sociales, économiques et environnementales de l’ensemble des utilisateurs de la terre ».

Depuis 2014, Euskal Herriko Laborantza Ganbara a décidé de lancer un chantier sur l’agroforesterie, afin de redonner une place aux arbres dans les systèmes agricoles du Pays Basque. L’objectif est de valoriser les intérêts économiques, sociaux et environnementaux des arbres pour les fermes et le territoire. Nous prenons en compte la diversité des formes arborées présentes dans les fermes, de la haie aux systèmes d’agroforesterie intra-parcellaire modernes, en passant par les systèmes sylvopastoraux ou la production fruitière.

D’où vient l'agroforesterie ?

Les paysans du XXIème siècle n’ont pas inventé l’agroforesterie. Au fil des siècles, les paysages du Pays Basque ont été façonnés par les paysans. Selon les besoins de la population, certaines parties du territoire ont été déboisées, d’autres gérées sous forme de landes boisées, avec des arbres à faible densité gérés en têtard pour produire du bois, des fruits et de l’herbe sur le même espace. Ces dernières décennies en revanche, de nombreuses haies et arbres isolés ont été arrachés dans les zones les plus productives, tandis que la forêt recolonise peu à peu les zones les plus escarpées. Ces différents paysages arborés ont donc été dessinés par les forestiers et les paysans, tantôt pour produire du bois de chauffage ou du bois d’œuvre, tantôt pour alimenter les hommes et le bétail.

Les anciens ne plantaient pas des arbres pour la biodiversité mais pour répondre à des besoins pratiques : préservation des sols en bord de cours d’eau, production de bois et de fruits, fabrication de petit matériel, abris contre le vent, le froid ou le soleil, parcage des animaux… Les arbres étaient disposés astucieusement dans l’espace, isolés, en ligne ou regroupés, en fonction des réseaux hydriques, de la pente, du soleil, des vents dominants ou encore pour délimiter les propriétés.
Les paysans ont même sélectionné des essences et variétés adaptées à leurs besoins. On retrouve de vastes étendues de chêne pédonculé et de châtaignier au Pays Basque. Pourtant, sans la main de l’homme, on pourrait retrouver du chêne sessile à la place du chêne pédonculé, ainsi que par endroit, du hêtre à la place du châtaignier. En effet, ces essences ont été sélectionnées et multipliées par les paysans, car elles produisaient des fruits plus intéressants pour nourrir les animaux et toute la famille. Les éleveurs avaient aussi planté du frêne à proximité des bordes, afin de nourrir le bétail avec ses feuilles fraîches ou séchées pour l’hiver, et bien sûr, des arbres fruitiers à proximité des maisons.

Pourquoi l'agroforesterie aujourd’hui ?

Si les anciens avaient façonné des paysages agroforestiers adaptés à leurs besoins, à nous de retrouver une place pour l’arbre dans les systèmes agricoles et les territoires du XXIème siècle. Nous pourrons nous inspirer de la sagesse ancestrale, tout en gardant un œil sur l’évolution des techniques et du machinisme agricole, afin de répondre aux besoins des paysans et d’une manière plus large, de la société.

Avec l’évolution des territoires et des systèmes agricoles, les arbres doivent répondre à de nouveaux besoins et problématiques.

Les fonctions de l'arbre

La perte de rendement observée au pied de la haie est largement compensée par une augmentation de rendement à l’échelle de la parcelle (Soltner, 1985).

Régulation du climat

Les arbres participent à la réduction du réchauffement climatique en pompant du carbone. De plus, les arbres maintiennent de l’humidité sur les territoires et jouent un rôle tampon contre les températures extrêmes. À l’échelle d’un territoire, les arbres peuvent donc atténuer les effets du changement climatique.
A l’échelle d’une ferme ou d’une parcelle, les arbres créent un micro-climat pour abriter les animaux du vent, du froid, de la chaleur. Des études de l’INRA ont prouvé que cette protection améliore la productivité des animaux (augmentation de la production de viande ou de lait, diminution des indices de consommations en volailles) et augmente la production d’herbe ou de céréales à l’échelle d’une parcelle.

Paysage et biodiversité

La mosaïque de haies, forêts ou arbres clairsemés dessine un paysage spécifique, symbole de l’identité et du patrimoine historique du Pays Basque. Elle offre un cadre de vie agréable pour les habitants et les vacanciers. Ces arbres forment aussi des corridors écologiques qui abritent, nourrissent et permettent à la faune sauvage de circuler sur le territoire.
Les insectes, reptiles, petits mammifères ou oiseaux abrités dans les arbres sont des alliés indispensables pour les paysans. Les abeilles pollinisent les cultures ; certains papillons, coccinelles ou carabes régulent les populations de ravageurs des cultures ; les serpents, les fouines et les belettes se nourrissent des mulots… Les essences locales sont parfaitement adaptées au sol, au climat et aux cortèges d’insectes et de mammifères présents sur le territoire. Il est important de favoriser des essences locales et diversifiées, pour nourrir les auxiliaires tout au long de l’année : du noisetier en début de saison, aux ronces et au lierre en fin de saison, quand les ressources alimentaires se font rares.

Préserver la ressource en eau

Les racines des arbres réduisent la pollution des cours d’eau en filtrant les excès d’azote ou les pesticides. Des arbres répartis sur l’ensemble d’un bassin versant ralentissent les écoulements d’eau, limitant les risques d’inondation

Conserver et régénérer les sols

Les arbres limitent l’érosion des sols dans les pentes et en bordure des cours d’eau. En outre, les racines sont à l’origine d’une multitude de services insoupçonnés ! Elles s’associent aux champignons du sol pour former de longs réseaux mycorhiziens, qui s’étendent bien au-delà du système racinaire de l’arbre. Ces mycorhizes absorbent des éléments nutritifs qui seront restitués aux cultures avoisinantes par le biais des feuilles tombées à l’automne. Elles permettent aussi d’augmenter le pouvoir de rétention d’eau du sol, ou encore de faire passer de nombreux messages entre les arbres et les autres végétaux présents dans les parcelles, pour mieux résister face à des stress climatiques ou des maladies.

Par ailleurs, le système racinaire des arbres est composé de 30 % de « racines feuilles » qui meurent chaque année, apportant une grande quantité de matière organique dans les sols.

Productions complémentaires dans les fermes

Des arbres disposés en bordure de parcelle ou à faible densité à l’intérieur des prairies et des champs peuvent apporter un revenu complémentaire par la production de fruits ou de bois. Certains éleveurs utilisent aussi les fruits d’automne (glands, châtaignes) ou les feuilles d’arbres afin de réduire leurs charges alimentaires.
Une alimentation diversifiée, avec des broussailles et des arbres à disposition, stimule l’appétit et le système immunitaire des animaux. Enfin, dans d’autres régions de France, de nombreux paysans utilisent du bois broyé sous forme de litière afin de réduire les achats de paille.

Nos services
Formations collectives pour les paysans

– Création, réhabilitation et valorisation des arbres têtards
– Entretien, gestion et valorisation des haies

– De la gestion sylvicole de la haie à la production de litière plaquette et bois énergie
– Découverte des différents systèmes d’agroforesterie fruitière
– Production et utilisation de plaquettes bocagères
– Plantation et techniques de reproduction des arbres (bouture, marcottage…)

Pensez à consulter nos offres de formation dans la partie agenda et proposez nous d’autres sujets de formation.

Plantation

– Euskal Herriko Laborantza Ganbara peut vous accompagner pour réfléchir à vos projets de plantation, commander les fournitures et réaliser la plantation. Contactez-nous pour prendre rendez-vous.

– Une commande groupée de plants et fournitures aura lieu à l’automne. N’hésitez pas à nous contacter pour bénéficier de cette commande groupée.

– Plusieurs types de financements existent pour les plantations de haies, bosquets ou agroforesterie intraparcellaire (dans les prairies, parcours, champs de céréales, etc.). Contactez Euskal Herriko Laborantza Ganbara pour trouver le financement qui convient à votre projet.

Sessions de sensibilisation pour les écoles

Nous proposons des sessions de sensibilisation pour les écoles. Le format sera adapté en fonction des besoins des écoles (durée, session théorique ou visite de ferme, participation à une plantation…).

Si vous êtes intéressés par les journées de formation destinées aux paysans, merci de nous contacter à l’avance. Nous pourrons vous proposer des formations spécifiques en profitant du déplacement des différents intervenants.

Contact

Joana Hoqui

joana@ehlgbai.org
05 59 37 18 82

Haut